Beethoven-5ème symph.


 

Le compositeur :

Ludwig van Beethoven était un compositeur allemand, né à Bonn le 16 ou le 17 décembre 1770 et mort à Vienne le 26 mars 1827.

 

Dernier représentant majeur du classicisme viennois (après Gluck, Haydn et Mozart), Beethoven prépara l'évolution vers le romantisme en musique et influença la musique occidentale pendant une grande partie du XIXe siècle.

 

Inclassable (« Vous me faites l'impression d'un homme qui a plusieurs têtes, plusieurs cœurs, plusieurs âmes» lui dit Haydn vers 1793), son art s'exprima dans tous les genres, et bien que sa musique symphonique soit la principale source de sa popularité universelle, son impact fut également considérable dans l'écriture pianistique et dans la musique de chambre.

 

Surmontant à force de volonté les épreuves d'une vie marquée par le drame de la surdité, célébrant dans sa musique le triomphe de l'héroïsme et de la joie quand le destin lui prescrivait l'isolement et la misère, il a mérité cette affirmation de Romain Rolland : « Il est bien davantage que le premier des musiciens. Il est la force la plus héroïque de l'art moderne».

 

Expression d'une inaltérable foi en l'homme et d'un optimisme volontaire, affirmant la création musicale comme action d'un artiste libre et indépendant, l'œuvre de Beethoven a fait de lui une des figures les plus marquantes de l'histoire de la musique.

 

 

Le chef d'orchestre :

Herbert von Karajan, né à Salzbourg le 5 avril 1908, décédé à Anif près de Salzbourg le 16 juillet 1989, est un chef d'orchestre autrichien.

 

Spécialiste du répertoire austro-germanique et mitteleuropéen de Bach à Bartok ainsi que de l'opéra italien, il a laissé près d'un millier d'enregistrements chez Deutsche Grammophon, EMI et Decca, ce qui en fait un des chefs les plus enregistrés du XXe siècle.

 

Karajan a exploré un très vaste répertoire allant du baroque jusqu'à la

 

musique du XXe siècle. Il a déclaré à l'occasion de la parution de son enregistrement de l'opéra Pelléas et Mélisande de Claude Debussy, qu'il n'a enregistré qu'une seule fois après l'avoir plusieurs fois dirigé à la scène, qu'il s'agissait de son ouvrage préféré. Il a confié lors d'une entrevue à la radio France-Musique qu'il était en osmose avec cette œuvre comme s'il l'avait écrite, et qu'avant de l'enregistrer pour EMI, il avait dit aux musiciens de l'orchestre (le Philarmonique de Berlin) que tout ce qu'ils avaient fait avec lui jusque là n'était qu'une préparation à l'enregistrement de Pelléas.

 

Toutefois, son nom reste surtout attaché aux « piliers » du répertoire germanique. Son répertoire est en fait celui des autres chefs de sa génération, voire plutôt de la génération précédente.

 




04/12/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres