Mendelssohn-Symph n°5. Réformation I

 
 

Même si la partition porte la tonalité de ré majeur, seul le finale est écrit dans ce ton. La Réformation est une œuvre très spirituelle, qui évoque le recueillement et les profondeurs de la pensée religieuse. Elle se joue habituellement en trente minutes selon :

 

Andante – Allegro con fuoco (12 minutes)

Allegro vivace (6 minutes)

Andante (6 minutes)

Choral: Ein fester’ Burg ist unser Gott. Andante con moto – Allegro vivace – Allegro maestoso – Animato poco a poco (8 minutes)

 

Le premier mouvement, en ré mineur, évoque l’austérité des compositions religieuses tandis que le deuxième, en si bémol majeur, noté Allegro vivace, se montre nettement plus incisif sans pour autant être superficiel. Lyrique et profond, l’Andante, en si bémol majeur, est le moment le plus connu et le plus apprécié de la symphonie ; le finale, basé sur le choral de Luther Ein' feste Burg, surnommé « l’hymne de bataille du protestantisme », exulte dans un grand ré majeur la puissance spirituelle du protestantisme. La majestueuse coda est l’une des plus réussies de Mendelssohn et même de tout le registre romantique.

 

Encore aujourd’hui, la Réformation est dépréciée et on lui préfère souvent l’Italienne, jugée plus inspirée et moins contraignante à interpréter.

Source wikipédia

 


27/01/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres